Les Mass Shooting sont la face décrépie des USA. Les circonstances sont tristement toujours semblables : Un blanc, au profil psychologique fragile voire profondément psychopathe, s’aventure armé dans un lieu public (pour les derniers événements : école, cinéma, temple Sikh) et abat une dizaine de personnes ou plus sans motivations apparentes. Ces actes soulèvent de très nombreuses questions délicates de divers ordres. Mais le postulat est le suivant : ces fusillades sont souvent commises avec des armes à feu disposant de magasins amovibles (chargeur) de très grande capacité.

Roger Moore avait mis en scène dans son film Bowling for Columbine (2002) un problème sociétal de l’Amérique : le laxisme du contrôle des armes et ses conséquences dramatiques. Le documentaire se révélait néanmoins à bien des égards partiel, idéologique et peu éclairant sur la vraie cause de ces drames. Le film avait tendance à montrer les américains comme des Cowboys paranoïaques, alors que la société américaine est en réalité plus complexe. Il ne faut certainement pas comparer un texan à un sanfranciscain, ou encore l’Amérique « redneck » avec celle de la cote Est !

La tuerie de l’école de Sandy Hook le 14 décembre 2012, a amorcé une vaste campagne politique, soutenue pas le président Obama afin de régler « le problème des armes », qui en fait ne se révèle pas du tout simple à cerner. Un bill (projet de loi) a donc été déposé par Dianne Feinstein [1], sénatrice californienne, intitulé federal assaut-weapon ban et semble être une prise en compte de ce phénomène, au grand dam du lobby des armes. En réalité, il convient d’analyser les mesures prises et prévues pour s’apercevoir que le problème est loin d’être résolu.

Premières observations

Il y’a des faits évocateurs qui tendent à premier abord  vers la même conclusion :

  • Les USA ont le taux d’armes individuelles par habitant le plus élevé au monde (plus de 280 millions d’armes à feu pour 300 millions d’habitants), avec la Finlande,  la Suisse et le Yémen.
  • L’on peut acquérir, ou même porter sur la voie publique des armes, plus ou moins facilement d’un point de vue légal selon les Etats. Il est aussi possible d’acquérir des armes disposant d’un chargeur à très grande capacité.
  • Le nombre d’homicide par arme à feux sur l’ensemble du territoire des USA est d’environs 10000 par an.

L’on pourrait se demander si la culture et la « mentalité américaine » sont en cause. On pourra toujours rappeler que l’histoire de l’Amérique ne s’est pas fondée sur des roses et que les actions militaires américaines par delà le monde semblent démontrer un goût pour l’usage des armes. Les américains ne seraient-ils pas encore sortis de la phase post-indépendance ? Cette question – interréssante au demeurant – semble ardue, et n’apporte pas à court terme une option efficace pour diminuer le taux d’homicide par arme à feu ou prévenir des Mass Shooting.

En réalité la société américaine semble divisée par ce dilemme au regard des nombreux sondages réalisés par la presse américaine. Paradoxalement, après chaque tuerie, les contestations des opposants aux armes augmentent concomitamment aux ventes d’armes individuelles [2] !

Un droit constitutionnel – Les armes sont bien ancrées dans le paysage juridique des USA, d’où la difficulté de porter des réformes efficaces.  En effet le 2e amendement de la Constitution sacralise le droit pour tout citoyen de posséder et même de porter une arme, sans que cette dernière notion soit plus définie.

Le texte dispose :

« A well regulated Militia, being necessary to the security of a free State, the right of the people to keep and bear Arms, shall not be infringed. »

Il faut comprendre que la procédure pour modifier, abroger ou ajouter un article de la Constitution est d’une complexité infernale tant la procédure et rigide ; aucun amendement n’a jamais subi de changements depuis leur entrée en vigueur. Obama ne se risquera pas à faire modifier ledit texte soyez-en certain.

Au-delà de la « défense de la culture Américaine » que les partisans des armes et les membres de la NRA entendent sauvegarder coûte que coûte, les enjeux financiers latents sont considérables. Le puissant lobby ne représente pas que les tireurs de dimanche et les Border Patrol de l’Arizona, mais est soutenu par des industriels qui vendent leurs armes individuelles en premier lieu au citoyen américain.

En quoi consiste le projet de loi ?

(Lire le projet de loi : ici)

A titre liminaire, il semble pertinent d’apporter une précision : la possession d’armes dites « fully automatic » (arme automatique pouvant tirer en rafale continue [3]), est déjà très strictement encadrée depuis 1934 (The National Firearms Act) ! Ces armes sont réservées aux forces de l’ordre et aux militaires et ne sont que peu répandues chez les citoyens par les voies légales.

L’enjeu du débat se tourne sur les caractéristiques des armes dites semi-automatiques [4], et n’est pas nouveau. Déjà, un federal assault-weapons ban était entré en vigueur en 1994, ses effets avaient expiré en 2004 [5]. Beaucoup s’accordent à dire que les 10 ans de contrôle eurent un impact tout-à-fait négligeable sur les violences par arme à feu, c’est d’ailleurs la raison pourquoi la loi ne sera pas prorogée. On notera toutefois une baisse continuelle de la mortalité par balle jusqu’en 2009, non nécessairement due à cette loi, mais une recrudescence des Mass shooting, qui restent cependant proportionnellement très rares aux USA [6].

Etaient considérées comme assault weapons toute arme à feu semi-automatique – de type pistol, rifles ou shotgun – disposant d’un magasin détachable, et comprenant cumulativement au moins deux des caractéristiques listées par la loi et différant selon les 3 types susmentionnés.

L’extension de la catégorie des armes d’assaut est prévue par le nouveau bill. Un seul critère au lieu de deux devra être caractérisé dorénavant pour qualifier une arme d’assaut. Aussi, le projet de loi cite nommément une centaine de nouveaux modèles d’armes, répliques d’une version fully automatic (Par exemple : M-16, AR-15, AK-47, UZI ; donc ici dans leur version semi-automatique) sujettes à la nouvelle réglementation.

Le projet de loi semble agressif envers les détenteurs d’arme, en apparence. Il opte pour l’interdiction de la possession, la vente, le transfert, l’importation ou la production des armes qui entrent dans son champ d’application.

Par contre, la possession, la vente ou le transfert des armes déjà légalement détenues avant l’entrée en vigueur de la loi n’en feront pas l’objet. Elles pourront logiquement toujours faire l’objet d’actes de transfert de propriété tels que la vente, le don ou l’échange (ou non translatifs tel que le prêt). Quelques 280 millions d’armes – de tout type – étant déjà en circulation aux USA, la réforme semble déjà être une goutte d’eau engloutie par l’océan.

On s’aperçoit donc que ce texte n’a rien de novateur et ne fait que mettre en application une ancienne loi, bien qu’élargissant – de façon assez substantielle – son étendue.

Critiques et perspectives

La NRA ne s’illustre pas sur sa grandeur d’esprit pour mener sa quête ici. Les contre-propositions des politiques qui la soutiennent prêtent à sourire. Ceux-ci proposaient, au lieu de monter une étude contradictoire, d’armer les recteurs d’établissement ou réinvestir des policiers à la retraite pour garder l’entrée des lycées afin de protéger les élèves en cas de Mass Shooting. Je vous laisse juger de vous-même…

Il faut également faire la part des choses et distinguer les Mass murders des homicides crapuleux. Les premières victimes des armes à feu sont en premier lieu les jeunes noirs et latinos des quartiers sensibles. Les guerres de gangs se font en réalité le plus souvent avec des armes issues du marché parallèle. Il y’a donc une différence sérieuse avec la mesure ici présentée qui touche le WASP blanc détenant légalement une arme, même semi-automatique et à grande capacité pour s’adonner au tir sportif ou à la chasse.

Comme le souligne justement le journaliste Gérard Olivier :  » Ces incidents [Mass Murder], aussi effroyables et choquants soient-ils ne représentent qu’une infime minorité des meurtres commis aux Etats-Unis. Même si leur nombre est en augmentation, leurs victimes se comptent par dizaines quand les victimes d’homicides se comptent par milliers. Ils ne sont pas le fait d’individus ayant légalement acquis leurs armes pour « faire un carton », mais le fait d’individus très perturbés dont la condition mentale, ou l’âge, les empêchaient déjà d’avoir accès à de telles armes. Ils se produisent indépendamment de la règlementation »[7].

L’enjeu sociétal posé alors n’est peut être pas cerné et doit être redirigé :

  • Le nombre d’homicide par arme à feu touchant les minorités de conditions économiques et sociale fragiles pose comme souvent le problème de l’encadrement scolaire et professionnel de la jeunesse des quartiers difficiles.
  • Les Mass Murder montrent l’absence de prise en charge efficace de personnes psychologiquement fragiles ou aliénées. Evidemment, la détection de ces personnes peut être délicate afin soit de les accueillir dans des centres spécialisés ou simplement leur porter une assistance psychologique. Pourquoi ne pas réglementer la possession d’armes des familles dont l’un des enfants à ce type de troubles : il n’est pas normal qu’ils puissent avoir accès à de tels engins de tuerie.

Malheureusement, on se doute que l’interdiction législative de détenir ou transférer certaines armes est une mesure bien moins onéreuse et politiquement plus acceptable pour répondre à l’émotion immédiate. Cela n’arrêtera probablement ni le fort taux d’homicide par arme à feu, ni les tueries de masse, même si c’est déjà une avancée.


[1] Pour voir les discussions et le projet de loi proposé : http://www.feinstein.senate.gov/public/index.cfm/assault-weapons

[2] http://www.lefigaro.fr/societes/2012/12/16/20005-20121216ARTFIG00063-les-ventes-d-armes-explosent-aux-etats-unis.php

[3] C’est-à-dire que la pression continue sur la queue de détente de l’arme projette une rafale d’ogive jusqu’à ce que le magasin soit entièrement vide.

[4] Ces armes comme les armes automatiques se rechargent automatiquement, c’est-à-dire que la culasse éjecte la douille de la cartouche mise à feu, puis réintroduit une nouvelle cartouche dans la chambre du canon. Par contre, une pression, même continue, sur la queue de détente de l’arme ne provoque qu’un seul tir.

[5] Article très complet sur les antécédents du débat et sur les résultats de la loi de 1994 : http://www.washingtonpost.com/blogs/wonkblog/wp/2012/12/17/everything-you-need-to-know-about-banning-assault-weapons-in-one-post/

[6] Une critique intéressante de la réforme passée : http://www.atlantico.fr/decryptage/fusillade-newton-armes-feu-pourquoi-rien-ne-va-changer-ou-presque-gerald-olivier-582348.html

[7] http://www.atlantico.fr/decryptage/fusillade-newton-armes-feu-pourquoi-rien-ne-va-changer-ou-presque-gerald-olivier-582348.html?page=0,1

English Version :

The Mass shootings are part of USA’s dark side. The circumstances are sadly always similar : a Caucasian, with a psychological profile ranging from ‘troubled’ to ‘complete psycho’, ventures in a public place (for the latest events: school, cinema, Sikh temple) and shoots down a dozen or more people without any apparent motive. These actions raise numerous questions on various aspects of the issue. The starting point remains that those shootings are often carried out with guns using high capacity cartridges.

Roger Moore had captured in his film Bowling for Columbine (2002) one of America’s societal problem: the leniency in gun control and its dramatic consequences. However the documentary proved to be in many regards partial, ideological and rather unsuccessful in showing the true cause of these tragedies. The film tended to depict Americans as paranoid cowboys, while the American society is rather more complex. One should not compare a Texan with a San Franciscan, or redneck America with the East Coast !

Last December’s Sandy Hook Elementary School shooting triggered a wide campaign, supported by president Obama in order to solve the “gun issue”, which is actually quite hard to work out. Dianne Feinstein, a Californian senator, has introduced a bill, named “federal assault-weapon ban” and which seems to be an acknowledgment of the phenomenon, to the great discontent of the gun lobby [1]. In fact, one must analyse the measures taken or planned, to realize that the problem is far from being solved.

Preliminary observations

Here are, at first glance, some of the facts that would tend to lead to the same conclusion :

  • The USA has the highest rate of individual firearms ownership (more than 280 million guns for 300 millions inhabitants), along with Finland, Switzerland and Yemen.
  • One can obtain, or even bear guns in public, more or less easily, depending on State legislation. It is also possible to obtain guns using very high capacity cartridge.
  • The number of homicide by firearms in the US is around 10000/year.

One can wonder if the “American mentality” and culture are the issue. It can be reminded that America’s history was not founded on roses and that American military actions around the world seem to prove a taste for the use of arms. Has American mentality not gone past the post-independence phase ? This question –however interesting it may be– is complex and does not provide, on the short term, an effective way to reduce the rate of homicide by firearm or prevent Mass Shootings.

American society is divided on this issue, according to the numerous polls made by the American media. Paradoxically, after each killing, the gun opponents’ contestations rise as well as the sales of individual firearms![2]

A constitutionally-protected right: Arms are firmly embedded in USA’s legal landscape, hence the difficulty of carrying out efficient reforms. Indeed, the 2nd amendment sacralises the right for all citizen to keep and bear arms, without this last word being further specified.

The text reads:

« A well-regulated Militia, being necessary to the security of a free State, the right of the people to keep and bear Arms, shall not be infringed ».

One must understand that the necessary procedure to modify, abrogate or add an article in the Constitution is extremely complex and rigid: no amendment has ever been modified since its creation. Obama will not try to have the text modified, that’s for sure.

Beyond the “defence of American culture” which gun enthusiasts and NRA members intend to protect at all costs, the financial implications are blatant. The powerful lobby does not merely represent Sunday shooters and Arizona’s Border Patrols, but is also receiving support from industrials that sell their individual guns first and foremost to American citizens.

What’s in the bill ?

(Read the bill : here)

 First and foremost, it seems adequate to give the following precision: the possession of weapons labelled “fully automatic” (automatic weapons able to shoot a continuous burst[3]), is already strictly limited since 1934 (The National Firearms Act) ! These weapons are restricted to law enforcement and military personnel, and are quite scarce among citizens, by legal means.

The debate thus revolves around the characteristics of so-called semi-automatic weapons[4], and in itself is not new. A federal assault-weapon ban had already been imposed in 1994, and had expired in 2004[5]. Many agree that this 10-year ban has had a negligible impact on gun violence, which is why the Act was not extended. One will note however, one the one hand, a steady decrease in mortality by gun until 2009, not necessarily connected to this Act, and on the other hand, an increase in Mass Shootings, which remain proportionally very rare in the USA[6]

 Guns deemed assault weapons included all semi-automatic guns – pistol, rifle, or shotgun-like – with a detachable cartridge, and comprising cumulatively at least two of the characteristics listed by the Act, differing according to which aforementioned types it belonged to.

The new bill is supposed to expand the category of assault weapons. One criterion will suffice as opposed to two previously, to qualify as an assault weapon. The bill also cites by name a hundred of new weapons, replicas of fully automatic weapons (for example: M-16, AR-15, AK-47, UZI; here in their semi-automatic form) subject to the new regulation.

The bill is aggressive towards arms bearer, at least in appearance. It is forbidden to own, sell, transfer, import or create the weapons considered.

However, the ownership, sale or transfer of weapons already legally obtained before the law was passed will be unaffected.  Those weapons can still be sold, given, exchanged, borrowed, etc.

Some 280 million guns – all types included – being already in circulation in the US, the reform already looks like a drop in the ocean.

Obviously, this text contains has but little new in it and only applies a pre-existing law, albeit expanding its scope somewhat.

Whither guns ?

The NRA doesn’t exactly blaze with incredibly clever ideas in pursuing their goal. The master plans hatched by the politicians on their payroll seem laughable. Those included, instead of setting a balanced study, arming school officials or employ retired police officers to guard high-school gates, in order to protect students in case of Mass Shooting. Judge by yourselves…

It is also necessary to distinguish Mass murders from gang-related homicides. The first victims of firearms are mainly young Blacks and Latinos from impoverished neighbourhoods. Most of the time, gang wars are waged with guns originating from the black market. There is therefore a substantial difference with the present measure, which affects the WASP legally owning a gun, even a semi-automatic and high-capacity one, to indulge in sport shooting or hunt.

Journalist Gérard Olivier underlines this fact: “These incidents [Mass Murders], as horrible and shocking as they are, represent but a tiny minority of the murders committed in the US. Although they are increasing in number, its victims are counted by dozens, while homicide victims are counted in thousands. Those are not the deeds of individuals having legally obtained their weapons to “shoot it up”, but that of very perturbed individuals, whose mental condition or age already prevented them from accessing such weapons. Those happen regardless of regulation”[7].

The social issue at stake is perhaps not quite delimited and must be specified:

  • The number of homicides by firearms affecting minorities poor social and economic conditions raises, as often, the problem of scholar and professional management of youths from rough neighbourhoods.
  • Mass Murders demonstrate the absence of an effective care of psychologically fragile or alienated individuals. Of course, it is a tricky business detecting these individuals, so as to show them to specialized facilities or simply provide them appropriate psychological care. Why not regulate the possession of guns in families where a child suffers from this type of condition: they should not have access to such killing machines.

Alas, it is foreseeable that the legal prohibition from owning or transferring specific weapons constitutes a far less expensive, and politically more acceptable measure in response to the immediate outcry. This will probably not stop the high rate of homicide by firearms, neither will it hamper Mass Shootings, although it is already a step in the right direction.


[1] For the discussions as well as the actual bill, see : http://www.feinstein.senate.gov/public/index.cfm/assault-weapons

[2] http://www.lefigaro.fr/societes/2012/12/16/20005-20121216ARTFIG00063-les…

[3] That is to say, the continuous pressure on the trigger launches a burst of bullets until complete depletion of the cartridge.

[4] These weapons reload automatically, just like automatic weapons, that is to say the cylinder head ejects the shell from the fired bullet, then injects the next bullet in the chamber. However, one pressure (even a continuous one) only triggers one shot.

[5] A very thorough article on the previous debates and the 1994-law’s outcomes: http://www.washingtonpost.com/blogs/wonkblog/wp/2012/12/17/everything-yo…

[6] An interesting criticism of the past reform : http://www.atlantico.fr/decryptage/fusillade-newton-armes-feu-pourquoi-r…

[7] http://www.atlantico.fr/decryptage/fusillade-newton-armes-feu-pourquoi-r…